Boulazac achète Barnabé, Réouverture en avril 2015

Le conseil municipal a voté l’acquisition du site de Bamabé.
Coût d’achat : 800 000 euros.
Il faudra environ 400 000 euros de travaux.

Un exploitant sera choisi pour animer les lieux et garder l’esprit de la guinguette.

La guinguette de Bamabé… plus qu’une institution c’est un véritable mode de vie. Au bord de l’Isle, on sirote une boisson fraîche, on joue au ping-pong, en laissant les heures, s’égrainer tranquillement.
Ce n’était un secret pour personne, Jacques Auzou, le maire de Boulazac, souhaitait que la commune rachète ce lieu mythique construit en 1936 aux portes de Périgueux. En mai dernier, il avait abordé le sujet en conseil municipal. Et hier soir, les élus ont voté l’acquisition du site au prix de 800 000 euros à la famille Foussard à qui il a toujours appartenu.

Préserver le site et son esprit populaire

«Il y a eu une pression sociale de la part des habitants pour préserver le lieu, explique le maire. Et on ne voulait pas qu’il passe à une entreprise privée qui le fermerait ou le transformerait en un endroit chic comme on peut en voir dans l ‘agglo. On savait que beaucoup de personnes s ‘intéressaient à Barnabé ».
La volonté de la Ville est de garder l’esprit populaire de la guinguette : « il faut que l’été, Barnabé garde cette image, que l’on puisse boire une limonade,
jouer au minigolf, assure le maire. Et puis historiquement, les gens d’ici ont appris à nager à Barnabé, ils y ont souvent rencontré leur femme… Il fallait garder ça ».
Après l’acquisition du site, Boulazac va engager des travaux, autour de 400 000 euros, pour restaurer la toiture, les bétons, les menuiseries. En relation avec les Bâtiments de France, puisque le site est classé au patrimoine du XXe siècle. « On ne peut pas toucher au bar, au sol, aux toilettes », détaille Jacques Auzou. Autre contrainte, on ne peut rien construire autour des bâtiments. Ces travaux vont démarrer en 2014 pour une ouverture prévue en avril 2015. Bamabé sera donc fermé cet été !
Ce ne sera pas la Ville qui gérera le site mais un exploitant privé. Un groupe de réflexion a été constitué et va dans quelques semaines rendre sa copie.
« Nous allons lancer un appel à candidature européen, nous avons établi un cahier des charges pour être sûr que Barnabé restera Barnabé, insiste le maire de Boulazac. Les associations culturelles de la commune pourront organiser des animations. Il est imposé 25 dates par an. »

Déjà des candidats locaux pour reprendre l’activité

« A égalité de candidat, on va privilégier celui qui s’engage aussi à garder le camping, poursuit Jacques Auzou. Les élus y sont très attachés. »
La Ville ne souhaite pas proposer le site « clé en main » mais plutôt laisser le nouveau gérant investir dans les aménagements intérieurs, afin d’être sûr de son engagement dans une activité pérenne. « Si le candidat met de l’argent, on aura moins de problème de changement de gérant tous les quatre matins », précise, pragmatique, le maire.
Déjà il y a une dizaine de candidatures dont « des équipes de commerçants qui ont pignon sur rue à Périgueux ou des entreprises du bâtiment ».

« Dans le quartier on a tous voulu un jour reprendre la guinguette »

Francis DesageL’association Les Amis de Bamabé a été créée il y a un an. «On était une poignée de voisins, on a voulu faire vivre le quartier, explique Francis Desage, le président de l’association. On avait tous des souvenirs extraordinaires de la guinguette. Et on s’est aperçu qu’à un moment de notre vie, on a tous voulu racheter Bamabé pour perpétuer
l’esprit des lieux. »
Il se souvient des après-midis à jouer au ping-pong, des bals, du bowling, du minigolf avec les petites maquettes
des bâtiments de Dordogne, « et la mère Foussard qui nous accueillait avec ses bigoudis ».
Pour la nouvelle association,l’achat par Boulazac du site est une vraie aubaine.
« On a plein d’idées pour faire revivre le coin, déjà on a organisé un vide-greniers en juin qui a très bien marché », s’enthousiasme Francis Desage. Il verrait bien sur l’Isle, des barques et des pédalos comme avant, mais aussi un terrain de pétanque sous les arbres.
Et l’association aimerait proposer au nouvel exploitant des animations autour de régates de bateaux, des courses de modèles réduits sur l’eau ou, si la qualité de l’eau permet la baignade, des courses aux canards comme autrefois…

logo_dl Patrice Bouscarrut