Le site rouvrira ses portes fin juin, avec une belle offre d’animations

Les trois amis entrepreneurs – Jean-Michel Lavaud, David Godard et Sébastien Vidal – ont décidé de se lancer dans l’aventure Barnabé.  Photo Jean-Christophe Sounalet

Les trois amis entrepreneurs – Jean-Michel Lavaud, David Godard et Sébastien Vidal – ont décidé de se lancer dans l’aventure Barnabé.
Photo Jean-Christophe Sounalet

Peintres, électriciens, cuisinistes, etc. Une cinquantaine de personnes travaillent actuellement à redonner vie à la mythique guinguette de Barnabé, installée le long de la voie verte à Boulazac.
Jeudi, les trois entrepreneurs –David Godard (DG Néon), Jean-Michel Lavaud (Egap Peinture) et Sébastien Vidal (BTP Vidal) –, futurs exploitants du site classé, participaient à une réunion de chantier avec l’architecte Philippe Pebayle. À ce jour, grâce au beau temps, il n’y a pas de retard sur le calendrier. L’occasion était donc rêvée de faire le point sur le futur fonctionnement de Barnabé, qui ouvrira ses portes à la fin du mois de juin à l’occasion du centenaire du camp américain du quartier Bel Air.

L’emblématique rotonde, rafraîchie, a évidemment été conservée. À l’avant, du côté du parking, un bâtiment a été construit pour accueillir les cuisines tandis qu’une zone de stockage des poubelles est en cours de réalisation. Au premier étage, un logement pour les saisonniers, voire les groupes venus de loin, a été aménagé. « Le bar-brasserie sera comme on l’a connu, relève David Godard, qui préside la SAS Barnabé. Sur les terrasses, nous pourrons servir jusqu’à 250 couverts.» Des pieux de 6 mètres ont été plantés dans l’ancienne « piscine», sur la rivière, pour proposer une terrasse sur pilotis. Quelques mètres plus loin, un bar d’été prend forme. On y servira des tapas à déguster sur les anciennes tables de pingpong restaurées. « Nous voulons rester dans une ambiance populaire avec des concerts, des soirées à thème, des expositions photos et pour tous les âges », remarque le gérant de DG Néon.

Une douzaine d’emplois
La rivière constitue un élément majeur du projet. Dès cet été, une base nautique sera installée. Les Périgourdins pourront remonter l’Isle vers Trélissac en kayak ou en pédalo. Une flotte de bateaux électriques est aussi attendue pour 2018. Les exploitants prévoient aussi une navette fluviale qui pourra amener les clients de Périgueux à Barnabé tout l’été. Les jeudis doivent être
consacrés au babyski. « À court terme, nous espérons rouvrir le bac », souligne David Godard. Le camping (40 emplacements) et le minigolf, rénovés, ouvriront l’an prochain.

En attendant, le chef cuisinier a déjà été recruté. L’emploi du manager est quasi finalisé. En pleine saison, une douzaine de salariés seront nécessaires. « Si la saison est bonne, notre objectif est d’ouvrir toute l’année, observe l’entrepreneur. Pour nous, le grand challenge est que cela fonctionne le midi. »
En tout cas, l’attente semble grande. Chaque week-end, ils sont déjà nombreux à vouloir découvrir le site en avant-première.

Nancy Ladde 
logo_so