Le consul des Etats-Unis en repérage à la cité Bel Air

A l’invitation des Amis de Barnabé, le consul des Etats-Unis à Bordeaux, Daniel E. Hall, s’est rendu mardi à Boulazac pour une visite qui est notamment passée par l’ancien camp américain. La cité Bel Air, où fut construit un camp américain en 1917, célèbrera fin juin son centenaire aux cours d’agapes qui dureront une semaine. Ce sera également l’occasion de fêter la réouverture de la guinguette de Barnarbé qui, après deux ans de fermeture et son rachat par la mairie de Boulazac, est en plein travaux de rénovation. Ce lieu, ô combien symbolique, n’avait pas été choisi au hasard puisqu’il est, dans le Sud-Ouest, l’un des rares où l’on perçoit encore grandement les traces de ce qui fut ce camp américain. Certes, l’hôpital a été remplacé par la maison des associations, mais il reste encore bon nombre, environ une centaine, de maisons typiques conçues avec des murs au mâchefer. Deux maisons situées le long du boulevard du Petit Change, juste en face des Ateliers municipaux de la Ville de Périgueux sont encore quasi-totalement dans leur jus. Bon nombre de rues gardent encore des accents américains, à l’image de la rue du Texas, et la chapelle, qui ne peut plus être utilisée aujourd’hui reste encore un exemple de ce qui se faisait à l’époque.

 

UNE HISTOIRE FAMILIALE

Tout au long de sa balade dans le quartier, le consul des Etats-Unis a eu le droit aux explications et commentaires avisés des membres de l’association des Amis de Barnabé. L’homme s’est dit touché, d’autant que son arrière-grand-père, originaire de l’état du Texas, avait fait la grande guerre, à compter de 1917, mais il ne sait pas si son aïeul s’était rendu à Boulazac. Avant cela, le consul des Etats-Unis avait débuté sa visite périgourdine par l’entreprise phare de Boulazac : la Sobéval. Forte de ses 450 salariés, l’entreprise dirigée par Gilles Gauthier, vient en effet d’obtenir un agrément qui lui permet d’exporter aux Etats-Unis. Un marché qui lui fermait les portes depuis plusieurs années et qu’a donc fini par obtenir Gilles Gauthier au terme de plusieurs années de négociations acharnées. Ce qu’il a pu rappeler au consul. Ensuite, le consul s’est rendu au collège Michel de Montaigne et a pu converser avec deux classes de 3ème. Là, les jeunes lui ont posé des questions sur l’élection de Donald Trump. Daniel E. Hall en a profité pour expliquer les différences existantes entre le système électif américain et le système électif français. Il reviendra à Boulazac le 23 juin prochain pour l’inauguration d’une plaque en mémoire des soldats américains ayant séjourné dans ce camp de 1917 à 1919, puis à la soirée de gala organisée dans le cadre des commémorations du centenaire. A cette occasion, les Amis de Barnabé vont demander aux riverains de jouer le jeu en décorant leurs jardins et maisons aux couleurs américaines.

 

E.C.

logo-echo